Le carnet de rêves, un lieu pour soi

Interprétation des rêves

Si l’on considère les rêves comme des messages de l’inconscient à la conscience, qu’il n’est pas toujours simple de décoder, alors tenir un carnet de rêve vous facilitera la tâche. Sorte de journal intime de vos nuits, cet opuscule relatant vos plus profondes aspirations deviendra vite votre compagnon de voyage. Et si vous souhaitez que vos images nocturnes soient déployées ou si tout simplement vous souhaitez vous intéresser au rêve alors disposer d’un matériau de qualité sur lequel travailler peut s’avérer opportun.

Dès lors, voici quelques repères qui vous permettront de vous lancer et tenir un journal à la mesure de vos envies.

L’objet

Qu’il soit en papier ou sous format digital, choisir l’objet auquel vous allez confier des parts de vous marque, en soi, la première étape vers la mémoire du rêve.

Il s’agit de deux parti-pris. Personnellement, j’apprécie les carnets papiers. J’aime la sensation du stylo sur la feuille. Mon carnet, c’est déjà une part de moi, au-delà de ce qu’il contient. J’aime également avoir plusieurs stylos, crayons ou feutres qui me permettent de souligner ou de faire ressortir ce qui a besoin de l’être.

D’autres lui préfèreront une version digitale qui a l’avantage de rendre accessible ses rêves en permanence. Cette option permet aussi de retrouver plus facilement les occurrences de vos rêves sur la durée, ce qui intéressera les passionné.es. Quoiqu’il en soit, tout est bien. Ressentez ce qui est le plus juste pour vous.

L’importance du temps

Vous est-il déjà arrivé le matin de vous réveiller avec un rêve aussi clair et limpide qu’une eau cristalline ? Quelques minutes plus tard, vous êtes sous la douche et le rêve n’est plus qu’un lointain souvenir …

Une des règles de base du travail avec les rêves, c’est de les noter dès que possible afin de les « fixer » et de vous les approprier ultérieurement. Si vous n’en avez que des bribes ou des flashs, écrivez-les ! L’important est de garder une trace du rêve, même s’il ne s’agit que de quelques mots-clés. Avec le temps, et l’habitude de les noter, votre capacité à vous en souvenir sera plus importante et plus précise.

Les modalités de rédaction

En rédigeant votre rêve, veillez à noter la date et l’émotion que dispense le rêve au réveil. Veillez aussi à lui donner un titre. Cela permet notamment de laisser libre cours à vos propres associations.

La rédaction du rêve se fait au « Je » et au « Présent« . Veillez également à noter les lieux, les personnages et leurs actions : Etes-vous acteur ou spectateur de ce qu’il se passe dans le rêve ? Quels sont les détails du rêve ? Fait-il jour ou nuit ? Quelle est la couleur du rêve ? Etc.

Connectez-vous à votre ressenti en écrivant le rêve. Quelles sont les sensations ou les émotions que le rêve vous laisse ? A quoi vous fait-il penser ? A quoi/qui l’associez-vous ?

S’il y a un contexte, un état d’esprit ou des éléments remarquables auxquels votre rêve fait suite, notez-les.

Si vous aimez le dessin, la photo ou d’autres techniques artistiques, laissez libre cours à vos talents pour l’illustrer, lui donner une suite ou vous connecter à l’énergie du rêve. L’utilisation d’un support digital permet de copier/coller des images ou de faire des recherches plus rapidement dans votre corpus personnel, par exemple, en cas de rêves récurrents.

La bienveillance

Tous les rêves sont importants ! Il n’y a pas de « petits » rêves. Accueillir le rêve, c’est accepter de ne pas porter un regard (trop) critique sur qui vous êtes.

Les détours du rêve font également appel à l’imagination, à la créativité et aux profondeurs de l’âme. Chaque image, même anodine, est une occasion pour mieux vous connaître, vous respecter et vous écouter

Enfin, écrire le rêve peut devenir un moment privilégié avec vous-même. Qu’il s’agisse de 3, 10 ou 30 minutes par jour, à vous de trouver ce qui convient, sans obligation ni jugement.